La fin justifie-t-elle les moyens? (vidéo de 15min)

Print Friendly, PDF & Email

L’un des aspects les plus troublants dans l’attitude des croyants qui s’opposent à l’évolution est l’utilisation d’arguments non seulement intellectuellement intenables, ce que l’on pourrait excuser par le manque de compétence, mais aussi moralement contestables. Je m’explique.

Est-il juste d’extraire des citations de scientifiques hors de leur contexte pour essayer de leur faire dire tout le contraire de ce qu’ils ont dits? C’est souvent le cas quand des créationnistes citent Darwin ou Stephen Gould par exemple:

« L’extrême rareté des formes transitoires dans le registre fossile demeure le secret professionnel de la paléontologie. » (S. Gould)

Les athées ont alors tout à fait raison de dénoncer la malhonnêteté intellectuelle de certains chrétiens qui croient défendre la foi par de tels arguments.

Le paradoxe est total parce que ces athées sont dans une position moralement plus forte que ces « disciples de Jésus ».

C’est une situation insupportable qui doit être dénoncée par les chrétiens, pasteurs, scientifiques chrétiens qui savent bien que l’évolution est aujourd’hui prouvée par des millions de preuves indépendantes.

Voici une vidéo réalisée par des athées à laquelle en tant que chrétien je dis Amen!

 

Évolution, Fossiles Transitoires Et Équilibres… par Hans53

3 Commentaires

  1. Marc mar 01 Mai 2012 Répondre

    Et oui Benoit, On retombe souvent dans les mêmes stratagèmes, l’objectivité semble être une qualité rare, peut-être même que certains chrétiens la jugent ennemie de la foi !

    Comme d’habitude, mais on ne le répètera jamais assez, rien de tel que de lire les auteurs pour se faire une opinion… Pour Gould, j’ai choisi « La vie est belle » – Gould est particulièrement facile à lire ça tombe bien !

    Sinon, pour la vidéo, c’est un excellent éclairage, merci pour ce choix.
    Pour ma part, je coupe juste la bande son et la remplace par un bon p’tit jazz ;-)

  2. Auteur
    Benoit Hébert mer 02 Mai 2012 Répondre

    Pas mal le coup du jazz!

    Pour être tout à fait complet, Gould n’était pas lui non plus d’une totale objectivité en ce qui concerne la foi

    « nous sommes ici parce qu’un étrange groupe de poissons avait des nageoires à l’anatomie particulière qui ont pu se transformer en jambes et permettre l’apparition de créatures terrestres; parce que des comètes ont percuté la terre et anéanti les dinosaures, en offrant de ce fait aux mammifères une chance de survie impossible à obtenir autrement. »

    Jusqu’ici, il s’agit d’une simple description de ce qui s’est passé…

    Mais Gould s’aventure dans des marécages métaphysiques

    « Nous aspirons peut-être à une réponse « plus élevée » mais il n’y en a pas. Cette explication, bien qu’inquiétante en apparence, sinon terrifiante, est en fin de compte libératrice et exaltante. Nous ne pouvons pas lire passivement le sens de la vie dans les oeuvres de la nature. Nous devons construire ces réponses nous-mêmes. »

    Il s’agit bien là d’une « déclaration de non-foi » qui n’a plus rien à voir avec le discours scientifique. Gould avait une tendance certaine à déifier la contingence et le caractère aléatoire pour l’homme des évènements naturels…

  3. Marc mer 02 Mai 2012 Répondre

    Oui on retrouve aussi ces « glissades » chez Dawkins et bien d’autres a priori, certains raccourcis leurs paraissent tellement évidents…

    Ca confirme qu’il est bien difficile de ne pas conserver un arrière-plan philosophique ou métaphysique même en science. Mais c’est justement cet arrière-plan qui rentre dans la définition de l’homme…

    C’est quand y ajoute la mauvaise foi que ça devient « dangereux » !…

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

>